ALCEM

Association pour les Langues et Cultures Européennes Menacées


Accueil > FRANCE > La loi Molac adoptée à ’Assemblée nationale le 8 avril 2021

La loi Molac adoptée à ’Assemblée nationale le 8 avril 2021

dimanche 25 avril 2021, par Philippe REIG

La Loi Molac sur les langues régionales votée en seconde lecture
Le 8 avril 2021, l’Assemblée nationale a adopté sans modification la proposition de la loi relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion. Le texte concerne trois domaines : le patrimoine, l’enseignement et les services publics avec la signalétique bilingue (bâtiments publics, panneaux de signalisation et aussi dans la communication institutionnelle) et les actes d’état-civil pour l’emploi des signes diacritiques employés dans les langues régionales (accents sur certaines voyelles ainsi que le tilde).
Le vote : 247 voix pour, 76 voix contre et 19 abstentions.
Rappelons que ce texte qui avait été déposé par le député de Bretagne Paul Molac le 30 décembre 2019 fut adopté en première lecture, avec modifications, par l’Assemblée nationale le 13 février 2020, puis par le Sénat le 10 décembre 2020 sans les modifications de l’Assemblée.
Le texte reconnaît l’existence d’un patrimoine linguistique constitué de la langue française et des langues régionales, une vingtaine en métropole et une cinquantaine dans les DOM-TOM. Le texte accorde le statut de trésor national aux biens présentant un intérêt majeur pour la connaissance des langues française et régionales. L’appartenance à la catégorie de trésor national entraîne l’application d’un régime particulier de protection.
L’enseignement des langues régionales sera immersif c’est-à-dire, effectué pendant le temps scolaire dans une langue autre que le français. Il faudra que cela se fasse de la maternelle au lycée.
Ce texte est un progrès important depuis la loi Deixonne votée en 1951 et abrogée en 2000, exception faite de l’article 75-1 de la Constitution en 2008.
Cependant, la réforme des lycées mérite d’être regardée de près afin que les étudiants manifestent à nouveau leur intérêt pour les langues régionales. Cela concerne notamment le relèvement des coefficients du baccalauréat.
Il faudrait surtout que le décret d’application sorte vite et que cette loi soit véritablement appliquée, sans négligence à tous les niveaux de l’administration. La vigilance est de rigueur.

La Lèi Molac sus li lengo regiounalo voutado en segoundo leituro
Lou vue d’abriéu 2021, l’Assemblado naciounalo adóutè sènso moudificacioun la proupousicioun de lèi relativo à la prouteicioun patrimounialo di lengo regiounalo e à sa proumoucioun. Lou tèste que n’es questioun pertoco tres doumaine : lou patrimòni, l’ensignamen e li service publi emé la signaletico bilengo (bastimen publi, panèu de signalisacioun e coumunicacioun istituciounalo tambèn) e lis ate d’estat-civil pèr li signe diacriti emplega dins li lengo regiounalo (acènt sus ùni voucalo e tilde).
Lou vote : 247 voues favourablo, 76 voues contro e 19 astencioun.
Aquéu tèste èro esta depausa pèr Pau Molac, deputa de Bretagno, lou 30 de desèmbre 2019, fuguè adóuta en premiero leituro lou 13 de febrié 2020 pèr l’assemblado naciounalo emé de moudificacioun, pièi pèr lou Senat lou 10 de desèmbre 2020, sènso li moudificacioun de l’Assemblado.
Lou tèste recounèis l’eisistènci d’un patrimòni linguisti coustituï dóu francés e di lengo regiounalo, uno vinteno en metroupòli e peraqui uno cinquanteno dins lis Óutro-mar.
Es de remarca que lou tèste acordo l’estatut de tresor naciounau i bèn presentant un interès majour pèr la couneissènço di lengo franceso e regiounalo. Verai, l’apartenènci à la categourìo di tresor naciounau adraio dins l’aplicacioun d’un regime particulié de prouteicioun.
L’ensignamen sara inmersiéu, valènt-à-dire que se debanara pendènt lou tèms escoulàri dins uno lengo autro que lou francés. Acò aura de se faire de la meiralo au licèu.
Aquéu tèste es un prougrès grandaras despièi la lèi Deixonne voutado en 1951 e abrougado en 2000, leva de l’article 75-1 de la Coustitucioun en 2008.
Pamens, fau regarda de proche la reformo di licèu pèr fin que lis estudiant tournèsson à manifesta soun interès pèr li lengo regiounalo. Acò regardo subre-que-tout l’aumentacioun dóu couëficiènt di lengo regiounalo pèr lou bacheleirat.
Faudrié tambèn que lou decrèt d’aplicacioun espeliguèsse lèu e qu’aquelo lèi fuguèsse vertadieramen aplicado, sènso negligènci à tóuti li nivèu de l’amenistracioun. Adounc uno vigilànci rigourouso s’impauso.